Menu
fcfnc

fcfnc
Suivez-nous
Facebook
YouTube
Instagram
Inscription à la newsletter

FCF TV

Événements


Paroles de médecins / Football et Covid - Interview FEDCALFOOT



La crise sanitaire risque malheureusement d'être sans précédent pour la Nouvelle-Calédonie, à l'instar d'une pandémie COVID qui bouscule le monde entier depuis bientôt près de deux ans. Dans cette difficile période, la Fédération Calédonienne de Football donne la parole à deux médecins bien connus du monde du football cagou : le Docteur de la FCF Jean-Marie SABOT, et le Docteur Bastien ANTOINE aussi Responsable du Site FOOT NC, partenaire Média de la FCF. Car même si cela n'est pas au goût du jour sur ces premiers jours de crise, se projeter sur une reprise des compétitions est nécessaire de façon à anticiper la vie d'après covid-free. INTERVIEW.


Le Docteur SABOT, fidèle médecin du football calédonien depuis plusieurs années (à gauche), et le Docteur Bastien ANTOINE (aussi créateur du site Foot NC, partenaire de la FCF), nous livrent leurs sentiments quant à la crise COVID.
Le Docteur SABOT, fidèle médecin du football calédonien depuis plusieurs années (à gauche), et le Docteur Bastien ANTOINE (aussi créateur du site Foot NC, partenaire de la FCF), nous livrent leurs sentiments quant à la crise COVID.
FEDCALFOOT : Bonjour à vous. En tant que médecins, quel regard vous avez par rapport à cette crise qui touche de plein fouet le pays, et surtout quels conseils vous adresseriez à nos licencié(e)s football et plus largement à la population calédonienne ?

Docteur Jean-Marie SABOT : A ce jour, il n'y a aucun traitement de la maladie Covid-19, encore inconnue il y a deux ans. Pour la première fois l'humanité possède des connaissances et des moyens technologiques importants. Des vaccins ont ainsi rapidement été mis au point. Eux seuls peuvent éviter une maladie grave, des complications mortelles ou prolongées avec des séquelles préjudiciables pour la pratique de notre sport favori qu'est le football. Il est donc essentiel de faire confiance à la médecine, de se vacciner et d'être méfiant  des messages mensongers de bonimenteurs sans qualification scientifique sur les réseaux sociaux dont Facebook.

Docteur Bastien ANTOINE : Le sentiment qui prédomine il ne faut pas se le cacher c'est l'inquiétude. En une semaine, on est passé de 3 cas à 1100 cas, et notre hôpital commence à être bien rempli. Si les chiffres ne cessent de monter, comme dans les autres pays, les médecins devront bientôt faire des choix entre les patients pour les hospitalisations. Choix qui se fait en principe en fonction de l'âge. Que faire dans ce cas-là ? Premièrement, pour "casser" cette première vague, la seule solution est le confinement, le plus strict possible. Je sais très bien que ce n'est pas marrant, mais aujourd'hui que ce soit pour la population ou nos proches, c'est le seul moyen. Chacun doit être responsable. Ensuite, pour que cette épidémie ne soit qu'un lointain souvenir le plus rapidement possible, il faut se vacciner. Personnellement, je ne suis ni pro-vaccin, ni anti-vaccin. Je suis pragmatique. Les risques liés au vaccin sont extrêmement rares voir hypothétiques, alors que le risque de nombreux décès lié au covid, et notamment de nos proches âgés, dans les jours et semaines à venir est lui vraiment présent. Pour finir sur une petite note d'optimisme, si nous maintenons la moyenne des 4000 doses de vaccin administré par jour, sachant qu'il faut deux doses par personnes pour être protégé, il faudra 100 jours pour que les 200.000 personnes restant à vacciner en Calédonie soit vaccinées, et qu'on puisse enfin retrouver une vie normale.


FEDCALFOOT : D'une manière générale, il va falloir aussi et malgré tout anticiper la suite et la vie d’après covid free. Même si un retour à la compétition n'est pas vraiment au goût du jour actuellement : Comment on peut imaginer le confinement et le maintien de la forme au niveau de nos footballeurs et footballeuses ?

Docteur Jean-Marie SABOT : Gérer le confinement est essentiel. S'il est institué pour éviter la circulation du coronavirus, il est préjudiciable aussi pour la base physique. Il est indispensable d'utiliser l'heure de sortie autorisée chaque jour pour courir et ne pas perdre son endurance, le "cardio" . A la maison il est aussi possible de faire du gainage, de la gym de base par exemple une séance matin et soir. Attention aussi à la prise de poids par le grignotage, les boissons sucrées ou l'alcool consommés devant la télé. Cela facilitera la reprise en douceur des entraînements et la compétition et évitera la survenue de blessures.

Docteur Bastien ANTOINE : C'est certain qu'il n'est pas évident d'encaisser cette crise sanitaire que traverse le Territoire actuellement, avec un nouveau confinement qu'il faut de nouveau affronter pour la population et nos sportifs. Après, dans notre malheur, la fin de la vie en covid free va rouvrir à nos sportifs - et notamment nos footballeurs - la possibilité dans l'avenir de participer à nouveau à des compétitions internationales.


FEDCALFOOT : Pour finir, comment on peut imaginer l'instauration de la vaccination vis à vis des compétitions sportives et notamment celles du football ?
 
Docteur Jean-Marie SABOT : On peut imaginer que la vaccination sera sûrement exigée pour celles et ceux qui seront appelé(e)s dans les Sélections de Nouvelle-Calédonie, pour les déplacements à l'étranger, concernant les compétitions OFC avec notamment les Qualifications aux Coupes du monde de la FIFA. Pour entrer dans un stade, un "pass sanitaire" risque d'être aussi bientôt exigé en Nouvelle-Calédonie, obligeant d'être vacciné, tout du moins on peut l'imagine comme cela. A l'avenir Il faudra très probablement le faire régulièrement en attendant de nouvelles améliorations scientifiques. Je voulais aussi préciser que je travaille en renfort au CHT depuis quelque temps déjà, et que les footeux peuvent s'y présenter sans rendez-vous, de préférence à partir de 11h00.
 
 Docteur Bastien ANTOINE : 
Ce n'est pas évident de répondre à cette question sachant que nous sommes au tout début de notre crise sanitaire. Pour m'être renseigné, il y a peu de pays où les joueurs de football ont obligation d'être vacciné. S'ils ne veulent pas se vacciner, ils ont la possibilité de montrer un test négatif au Covid datant de 72h avant chaque match. Mais de toute façon, je pense surtout que c'est le terme "obligation" qui est trompeur. Le vaccin avant d'être une "obligation", c'est surtout un "moyen de protection" pour tout footballeur. Dans un vestiaire, il n'y a plus de "confinement". Si quelqu'un a le covid et qu'il ne le sait pas, il le refilera à tous ses coéquipiers, qui à leur tour pourraient contaminer leur famille. Je pense donc que chacun doit re-réfléchir à tout ça, en attendant ensuite les directives données par le Gouvernement.