FedCalFoot > A la une > Essai > César LOLOHEA aux portes de la Ligue 2

César LOLOHEA aux portes de la Ligue 2

César a donc tout d’abord été accueilli par le Stade Lavallois, son essai débutant avec les joueurs du Centre de Formation. Après avoir pleinement donné satisfaction, le jeune espoir du football calédonien va pouvoir intégrer cette semaine le groupe professionnel, avec lequel il participera d’ailleurs à une opposition mardi après-midi (heure de métropole). Le responsable du centre de formation, Stéphane MOREAU, a semble-il été séduit par le jeu du jeune cagou, mais la décision finale n’appartiendra qu’à l’entraîneur du groupe professionnel, Philippe HINSCHBERGER.
Des séances d’entraînement et un match d’opposition qui seront décisifs pour “Rases”, mais cela ne s’arrêtera pas là. Un essai est ensuite également prévu au FC Nantes (début, cette semaine normalement). Le FC Nantes n’en finit pas de décevoir ses supporters avec une maison jaune qui pointe désormais à une inquiétante 16ème place de Ligue 2. Le club nantais demeure malgré tout un “monument” du football français et pouvoir suivre les traces de Christian KAREMBEU reste évidemment un rêve pour tout footballeur de calédonie. Deux bonnes opportunités s’offrent par conséquent à César LOLOHEA, des opportunités qui on l’espère pour le joueur du caillou mais aussi pour le football calédonien, trouveront une issue favorable. L’avenir nous le dira.
Article Les Nouvelles Calédoniennes – vendredi 15 avril
www.lnc.nc
César Lolohea effectuait ce week-end un essai au Stade Lavallois avant de se rendre au FC Nantes la semaine prochaine. Objectif : intégrer l’effectif d’un de ces clubs de Ligue 2.
Les observateurs le considèrent comme le meilleur joueur de sa génération. César Lolohea, formé à Kirikitr, à Lifou, avant de conquérir le titre de champion 2010 avec le Mont-Dore et de rejoindre l’AS Magenta en janvier, s’est envolé lundi vers la Métropole pour y réaliser son rêve : devenir footballeur professionnel. Un rêve commun à nombre de joueurs locaux mais qui, depuis l’aventure de Vincent Taua en Italie, ne s’est plus reproduit.
Le milieu offensif s’est vu offrir par Christophe Coursimault, le directeur technique de la Fédération calédonienne, l’opportunité de montrer ses talents à des clubs métropolitains, tous les deux situés dans les Pays de la Loire, où Christophe Coursimault était conseiller technique de la Fédération française.
Timidité. Le Stade Lavallois, actuellement treizième de Ligue 2, est à la recherche d’un animateur depuis le départ de Romain Hamouma pour Caen, en juin dernier. Club réputé pour sa formation, il n’hésite pas à lancer des espoirs dans le grand bain. Philippe Hinschberger, son entraîneur, pourrait être séduit par le profil de Lolohea, dont l’adresse, notamment sur coups de pieds arrêtés, fait défaut à son équipe. Mais c’est l’ancien capitaine tango, Stéphane Moreau, actuellement directeur du centre de formation mayennais, qui observera le Calédonien. Pour Alain Moizan, son entraîneur à l’AS Magenta, ancien professionnel et international tricolore, César Lolohea a les qualités techniques pour réussir. « Mais il doit s’imposer. Les clubs professionnels recherchent des joueurs qui ont de la personnalité, qui savent gérer un match, analyse-t-il. C’est le problème des joueurs du cru : ils ont des qualités de footballeurs indéniables mais ils sont souvent trop timides dans le jeu. Je le dis souvent aux garçons à l’entraînement. »
Les clubs professionnels recherchent des joueurs qui ont de la personnalité.
Sortir de sa coquille, tel est le challenge que César Lolohea devra relever à Laval ou à Nantes, actuel quinzième de Ligue 2, qui l’observera la semaine prochaine. Club au palmarès bien plus impressionnant que celui du Stade Lavallois, la maison jaune est, depuis plusieurs saisons, en souffrance. Dissensions internes, entraîneurs sur siège éjectable, ce n’est pas le cadre idéal pour s’épanouir même si la réputation de La Jonelière en termes de formation n’est plus à faire.
Sélection. Quels que soient les résultats de ces tests, César Lolohea ne rejoindrait pas la Métropole avant les Jeux du Pacifique. « Je me suis mis d’accord avec les clubs, prévient Christophe Coursimault. Ils savent qu’il vaut mieux récupérer un joueur en pleine bourre, épanoui d’avoir joué en sélection pour son pays plutôt que de le frustrer en le retenant contre son gré. »
L’AS Magenta verrait également d’un bon œil que le joueur parte le plus tard possible. « S’il nous quitte en septembre, il aura disputé une bonne partie du championnat avec nous », concède Alain Moizan. En attendant, le Drehu a une semaine pour faire ses preuves. Arrivé mardi en France, il aura eu quelques jours de récupération avant de rejoindre Laval puis Nantes pour tenter de briller. Prévus au mois de février, ces tests avaient été repoussés afin de permettre au joueur de se mettre en jambes, avec la O’League, la Super Ligue et les deux matches avec la sélection à Tahiti.
« L’objectif, c’est qu’il intègre un groupe professionnel, conclut Christophe Coursimault. Il peut très bien faire ses premiers pas en CFA2 avant de se voir offrir l’opportunité de jouer en Ligue 2. » Avant de voir plus haut ? – Christophe Chohin

Comment