FedCalFoot > A la une > Sélection Féminine > Marielle Haocas, la force tranquille

Marielle Haocas, la force tranquille

SEMAINE du FOOTBALL FEMININ FCF – FFF : du 16 au 31 mai
Article Fedcalfoot à venir
A seulement 21 ans, Marielle Haocas est déjà considérée comme l’une des joueuses les plus expérimentées de Calédonie. Elément indispensable en Club avec l’AS Lössi comme en Sélection, c’est donc en toute logique que Marielle a retrouvé – fin mars – l’Equipe de Nouvelle-Calédonie dans le cadre de sa préparation à la 15ème Edition des Jeux du Pacifique (Port-Moresby, juillet 2015).
INTERVIEW.
Fedcalfoot : Marielle, c’est une grande échéance qui attend la Sélection Féminine calédonienne en juillet prochain, quatre ans après avoir disputé les Jeux du Pacifique à domicile. L’attente a dû être longue depuis une médaille d’or ratée de très peu, et on suppose que les filles sont pressées de retrouver la compétition avec la Sélection calédonienne ?
Marielle Haocas : On a forcément hâte de débuter les Jeux. On est en pleine préparation et l’échéance se rapproche, mais certaines filles ont peut-être moins conscience que d’autres de l’enjeu. Pour ma part et je crois que les anciennes joueuses de 2011 partagent le même sentiment, nous espérons attraper la médaille d’or, celle qui nous a filé entre les doigts il y a quatre ans déjà… Et gagner l’or sur le terrain des papous serait quelque chose de superbe. Je pense que nous avons le potentiel pour remporter le Tournoi, mais ça sera difficile.

Comment sens-tu le groupe depuis la reprise, aussi bien physiquement que mentalement ?
Le groupe n’est pas encore prêt physiquement et mentalement, on est parti de rien. Mais le coach nous répète sans cesse de travailler le physique, la technique et le renforcement musculaire lors de nos entraînements en club, comme il nous dit aussi de travailler le foncier car nous ne sommes pas au top. Aux filles de montrer sur le terrain qu’elles veulent leur place dans la Sélection. Bien sûr il ne faut pas oublier qu’il y a d’autres joueuses calédoniennes en métropole, donc à chacune de montrer sa motivation et son potentiel pour se faire sa place dans l’équipe des cagous.
Vous vous attendez à une belle adversité en Papouasie Nouvelle-Guinée, avec notamment les Papous qui ont mis les moyens. Que penses-tu des chances de la Calédonie d’aller décrocher une médaille d’or, sachant que vous ne vous êtes pas retrouvées en Sélection depuis 2011 ?
Il faudra déjà être fortes mentalement et prêtes physiquement, être surtout présentes et sérieuses à tous les entraînements pour que nous puissions travailler ensemble. Six joueuses sont actuellement en métropole et pratiquent du sport notamment du football, je pense qu’elles seront à la hauteur comme elles ont acquis de l’expérience là-bas. Je ne m’en fais pas pour elles. Nous avons de nouvelles sélectionnées, je sais qu’elles ont du potentiel mais comme dit souvent :  » Le travail, c’est la réussite « . Notre réussite aux Jeux passera par du travail à l’entraînement, être assidu, et se préparer mentalement pour la compétition.

Les filles évoluant en métropole vont donc être de la partie. Est-ce que tu penses qu’il s’agit d’une nécessité pour que l’équipe soit compétitive et afin de voir les filles du Pays progresser à leurs côtés ?
Comme je l’ai dit juste avant, elles seront prêtes pour le Tournoi. Elles viennent comme atout, et elles pourront apporter leur expérience aux filles de la Sélection.
Personnellement, comment vois-tu l’évolution du Football féminin en Nouvelle-Calédonie qui demande encore à se structurer ?
Je pense que nous avons encore beaucoup à faire. Il serait bon de mettre aussi en place un pôle de Football féminin. C’est vrai que cela demande des effectifs élevés et que cela représente un budget important, mais cet investissement serait bénéfique au Football féminin de Nouvelle-Calédonie.
Malgré ton jeune âge, tu feras partie des cadres de la Sélection pour les prochains Jeux et pour un long moment on l’espère… Dans quel état d’esprit tu abordes les Jeux justement, en sachant que tu auras un rôle important à jouer sur et en dehors du terrain ?
Au niveau de l’état d’esprit, je vais aborder la compétition avec sérénité, humilité et j’essaierai d’être à la hauteur. Les joueuses et le staff comptent sur moi dans mon rôle de meneuse, et je ferai tout pour donner le bon exemple à suivre. Quand il y aura des décisions à prendre, je serai là. Quand il faudra donner mon avis, je serai là. Quand il faudra gérer des soucis, je serai là. Donc voilà, il faudra assumer notre rôle pour le collectif, aussi bien sur le terrain que dans la vie de groupe.
Pour finir, tu dois certainement voir l’Equipe de France Féminine et le Football féminin progresser à vitesse grand « V » en métropole. Est-ce que tu envisages, si tu en as l’opportunité, de tenter l’aventure en métropole un jour ?
Tout à fait. Pour moi si l’opportunité se présente, je partirai en métropole. Je sais que j’ai beaucoup à apprendre et s’est en allant voir ce qu’il se passe ailleurs, là où le niveau est élevé, que je pourrai progresser davantage.
Marielle Haocas
Née le 09/06/1993 – 21 ans
Club : As Lössi
Poste : Défenseur – Milieu
Médaillée d’argent aux Jeux du Pacifique 2011 (Nouvelle-Calédonie)
Coupe de Calédonie : 2011 avec l’Olympique, 2014 avec Lössi
Championnat de Calédonie : 2011 avec l’Olympique, vice-championne en 2014 avec Lössi

Comment