FedCalFoot > A la une > NC 2011 > Fort en émotions

Fort en émotions

Ce sont ce genre de matchs que chaque passionné et supporter du ballon rond aime à se délecter. Des buts, du jeu, du suspense, et de l’ambiance… Une journée qui restera, à n’en plus douter, gravée dans l’histoire du football calédonien avec cette double qualification historique. La qualification de nos deux sélections aura qui plus est été un régal. Un régal de plaisir et d’émotions, de sensations et de communion, pour au final pouvoir savourer l’obtention des deux places pour chacune des finales, tableau masculin comme féminin.
Tous les regards des calédoniens se tournent désormais vers vendredi. Assurément et quelque soit les résultats, les cagous nous feront encore partager de beaux moments demain à Numa Daly, dans un stade qui s’annonce dors et déjà comble. Et pour que l’émotion soit d’autant plus grande, il faudra que les calédoniens et calédoniennes aillent chercher la médaille d’or, devant les leurs, ici sur leur terre. L’attente est grande, la pression aussi. Mais quoiqu’il arrive, ce moment de partage restera inoubliable pour le football du caillou, qui pour la première fois pourrait bien faire le doublé dans les olympiades du Pacifique sud.
Mais que les qualifications fut longues à se dessiner. Les féminines étaient ainsi les premières à se lancer dans ” l’arène “, hier matin sur la pelouse du Stade Yoshida à Koné. Données largement favorites, les filles paieront pourtant en première période leur manque d’efficacité. La capitaine Christelle WAHNAWE ou encore Cheyenne DIEUMA manquaient de réussite ou butaient sur une très bonne gardienne… Et ce qui devait arriver arriva. Sur coup-franc, la tongienne Salome VA’ENUKU ouvrait le score (0-1, 33′). Au retour des vestiaires, la révolte sera sonnée par l’excellente Christelle WAHNAWE, intenable depuis le début de la compétition et qui pourrait certainement se voir gratifier du titre de meilleure joueuse du tournoi (si toutefois celui-ci existe), tant ses prestations ont été convaincantes tout au long de cette quinzaine. C’est donc la capitaine qui remettait ses troupes dans le bon sens de marche, grâce à une frappe bien placée (1-1, 51′). Sept minutes plus tard, cette dernière inscrira sur pénalty un doublé et permettait aux siennes de reprendre l’avantage. Mais les féminines du Tonga n’avaient pas dit leur dernier mot et Salome VA’ENUKU égalisait d’un tir piqué au dessus de la gardienne (2-2, 69′). La fin de rencontre était bien indécise même si les cagous mettaient davantage la pression sur leurs adversaires. Sans succès. On se dirigeait alors tout droit vers les prolongations, mais c’était sans compter sur le “show” WAHNAWE. Lancée en profondeur, l’attaquante du caillou devançait la sortie de Lupe LIKILIKI, excellente elle aussi hier, pour venir offrir à la Calédonie sa première finale de football féminin des Jeux du Pacifique. Christelle WAHNAWE signait donc un triplé, délivrant son équipe à l’ultime minute (3-2, 90+3).
Et que dire du suspense chez les garçons. Dominateurs tout au long de la rencontre mais manquant cruellement de réalisme, contrairement aux tahitiens, la troupe à Christophe COURSIMAULT aura attendu la toute dernière minute de jeu pour égaliser et s’offrir le droit de jouer les prolongations. Les coéquipiers d’Olivier DOKUNENGO auront fait preuve d’un gros mental pour aller arracher cette égalisation et pour ensuite faire la différence. D’autant que la sélection de la Calédonie évoluait à dix depuis l’exclusion du capitaine Iamel KABEU à la 55ème minute de jeu. Seul bémol et pas des moindres, ce nombre incalculable d’occasions ratées. Puisque en effet les cagous n’arrivaient pas à conclure, ce qui aurait bien pu leur jouer un vilain tour hier sur la pelouse de Koné. Cela n’aura en tout cas pas empêché les cagous de prouver leur supériorité dans le jeu, malgré un but encaissé à la 52ème sur un coup-franc tiré par POROIA (0-1), et malgré cette exclusion trois minutes seulement après l’ouverture du score. Le héro du jour s’appellera finalement Georges GOPE-FENEPEJ. L’attaquant cagou allait réussir une fabuleuse entrée en jeu. Dangereux à chaque ballon touché, ce dernier allait attendre la toute dernière minute de jeu pour égaliser d’une frappe puissante dans la surface, après un beau relais avec César LOLOHEA (1-1, 90′). Les prolongations finalement atteintes de justesse, Dominique WACALIE et les siens ne pouvaient plus s’arrêter si proche du but. Georges GOPE-FENEPEJ semblait l’avoir bien compris et c’est encore lui qui de la tête doublait la mise (108′, 2-1). Et pour clôturer le spectacle, Michel HMAE allait définitivement assurer à la Calédonie une place en finale (3-1, 116′). Les joueurs et le public pouvaient alors exulter.
Place désormais aux deux grandes finales, vendredi au Stade Numa Daly. Tous et toutes derrière les cagous…
Réaction Christophe COURSIMAULT, sélectionneur de l’équipe masculine
“Je pense qu’au début de la rencontre nous avons été quelque peu bloqués par l’enjeu. Nous n’arrivions pas à mettre suffisamment de rythme et nous avons perdu trop de ballons. Malgré cela on a des occasions, mais on prend un but car on n’est pas en place sur une phase arrêtée. Encore une fois les remplaçants ont parfaitement joué leur rôle. C’était un pari avec l’entrée de Georges GOPE-FENEPEJ et Michel HMAE car il y avait déjà beaucoup de joueurs à vocation offensive. Mais il fallait le tenter. La finale contre Salomon sera difficile car c’est peut-être la plus belle équipe de ce tournoi, avec de grands techniciens. Ils nous ont déjà battu donc nous devons maintenant prendre notre revanche lors de la finale.”
NC 2011 – FINALES, vendredi 9 septembre
Nouvelle-Calédonie / Iles Salomon (tournoi masculin) – Stade Numa Daly, 20h00
Nouvelle-Calédonie / Papouasie Nouvelle-Guinée (tournoi féminin) – Stade Numa Daly, 17h00

Résultats demi-finales : fil du match NC/Tahiti et NC/Tonga sur le site fcf

Related posts

Comment