FedCalFoot > A la une > Super Ligue > Classement officiel le lundi 22 décembre

Classement officiel le lundi 22 décembre

Sentence.  » Quand il n’y’en a plus, il y’en a encore « . De nouveau cette saison, le coup de sifflet final du championnat Super Ligue de Nouvelle-Calédonie n’a pas totalement entériné le suspense dans l’élite du football cagou.
Il faudra donc attendre la confirmation du classement final – officialisation programmée le lundi 22 décembre – afin d’être entièrement fixé quant à cette édition 2014 de la Super Ligue. Le temps pour la Fédération Calédonienne de Football et sa Commission d’Organisation des Compétitions (COC) d’établir un classement dont les pénalités extra-sportives pourraient une nouvelle fois changer la donne, notamment pour le maintien (le tout validé par le Conseil Fédéral du 19 décembre).
 » Les clubs de l’élite et de la Promotion Honneur Grande Terre ont des obligations à respecter, et ils le savent « , explique Bernard Cureau, Président de la COC.  » On a conscience que ce n’est pas évident pour certaines équipes qui peuvent se voir pénalisées par des manquements à ces obligations au sein de leurs clubs respectifs. Mais la COC ne fait qu’appliquer les règlements de la Fédération quant à la Super Ligue et la PHGT, des règlements qui ont été votés en Assemblée par les clubs « , poursuit l’emblématique Dirigeant du football calédonien, qui œuvre depuis de nombreuses années pour le sport numéro un du Pays.
Ces obligations ne sont pas discutables, les clubs de l’élite n’ayant de toute façon pas d’autre choix – une fois la saison lancée – que de se plier à cette réglementation, afin de s’éviter quelques mauvaises surprises en fin d’année.
Engagements.  » En Super Ligue, chaque équipe devait disposer cette saison d’un Brevet d’Etat d’Educateur Sportif 1er degré à sa tête, sauf pour les promus pour lesquels un Animateur Seniors suffisait (*) « , commente le Président de la COC. Hormis cet engagement à respecter quant aux Entraîneurs, les clubs de l’élite se doivent également d’être « à jour » quant à leurs équipes jeunes engagées dans les différents championnats du territoire.
Les douze clubs de Super Ligue doivent ainsi disposer d’au moins une équipe jeune par catégorie d’âge, allant des U8 aux U19, soit un minimum de six équipes (U8, U10, U12, U14, U16, U19).
Enfin grand changement en cette saison 2014, les manquements concernant le trio arbitral – à savoir trois arbitres obligatoires en activité chaque saison pour chaque club – se verront sanctionnés financièrement et non plus par des points de pénalités, ce volet important ayant également été voté en Assemblée par les clubs.
Certes ces obligations sont lourdes à porter pour les clubs de l’élite, mais elles sont un gage de développement et d’investissement pour le football calédonien dans son ensemble. Car la progression passe – quoiqu’on en dise – par la structuration des clubs et par là même des équipes jeunes.
En attendant, les joueurs de Thio et d’Auteuil – notamment – devraient trembler jusqu’au bout avant de connaître le verdict final. Car le maintien se jouera peut-être à ce niveau-là.
(*) Restructuration et adaptation
Dans le cadre d’une refonte des Diplômes d’Educateurs et d’Entraîneurs de Football, mise en place par la Fédération Française de Football et sur laquelle se base la Fédération Calédonienne de Football, la FCF va devoir s’adapter à cette nouvelle structuration.
 » En Super Ligue, la saison prochaine, seront pris en compte les Entraîneurs qui ont déjà obtenu le BEES 1°, et ceux qui dorénavant passeront le Brevet de Moniteur de Football (BMF) », précise Serge Martinengo de Novack, le Directeur Technique de la FCF.
Bref, la Super Ligue se met à la page, un moindre mal quand on connait toute l’importance d’une formation d’entraîneurs.

Related posts

Comment