FedCalFoot > A la une > News > INTERVIEW AVEC BERTRAND BRIAL, PREMIER ARBITRE CALEDONIEN DESIGNE POUR UN MONDIAL FIFA (U20)

INTERVIEW AVEC BERTRAND BRIAL, PREMIER ARBITRE CALEDONIEN DESIGNE POUR UN MONDIAL FIFA (U20)

C’est une excellente nouvelle qui vient de tomber pour l’arbitrage cagou, l’Arbitre Assistant Bertrand BRIAL vient d’être désigné pour le prochain Mondial FIFA U20 qui se déroulera en République de Corée du 20 mai au 11 juin prochain… De quoi venir redonner du baume au cœur à l’arbitrage calédonien, dont voir un de ses éléments officier en Coupe du Monde – et c’est historique – redonnera forcément le sourire à une cellule qui en a bien besoin.

LONG INTERVIEW FEDCALFOOT avec BERTRAND BRIAL, premier arbitre du caillou qui devrait participer – si les tests physiques sont réussis – à une Coupe du Monde de la FIFA, catégorie U20.

 

Fedcalfoot : Bertrand Brial, comment avez-vous appris la nouvelle de votre désignation ?

Bertrand Brial : J’étais en Nouvelle-Zélande – pour la Champions League OFC – lorsque j’ai appris ma désignation pour la République de Corée. On ne s’attendait pas à savoir aussi tôt qui allait être désigné pour la compétition. On pensait plus à fin mars-début avril… Alors samedi en ouvrant mes mails je suis resté sans voix. Après quelques instants, je me suis tourné vers mon camarade de chambre Kader ZITOUNI (arbitre tahitien), et je lui ai dit bêtement : je pars en Corée ! Il n’y a pas eu d’effusion de joie sur le moment.

Ma première pensée à été d’appeler ma femme pour lui annoncer la nouvelle, malgré l’horaire matinale. C’est lors de notre conversation que j’ai eu mon premier sourire et un sentiment de joie, car elle était fière de moi.

 

Fedcalfoot : Forcément heureux on le comprend, mais est-ce qu’il y aussi déjà pas mal de pression en tête, ou pas encore ?

Bertrand Brial : J’ai aussi réalisé ce que cela impliquait et à la joie s’est mélangée au stress. Ma femme m’a fait remarquer que j’allais être le premier arbitre calédonien à participer à une compétition majeure de la FIFA. Et ça c’est du stress! Il ne faut pas que j’échoue lors des tests physiques, que je dois passer avant le 24 avril.

Mais la pression est vite retombée car le jour même j’avais un match de Ligue des Champions à arbitrer. Je dois prendre les matches les uns après les autres, pour continuer de travailler et m’améliorer. La pression viendra lorsque je serai en Corée, car il y aura un autre test physique réservé aux assistants, test qui est très difficile. Mais j’ai deux mois pour m’y préparer.

 

Fedcalfoot : Est-ce que selon toi, cette désignation sera également – et avant tout – une chance de pouvoir donner l’exemple, de pouvoir  faire avancer l’arbitrage calédonien qui en a besoin ?

C’est une fierté de pourvoir représenter la Calédonie, la FCF et l’arbitrage calédonien en général, sans oublier le club de l’Olympique qui m’a toujours soutenu dans cette aventure.

Mais évidemment cela sera avant tout un tremplin pour montrer à nos jeunes arbitres que tout est possible. Une jeune génération arrive, je pense notamment à Marc Sinyeue et Charlotte Pelletier. Il faut les motiver, les encourager, les former et les pousser à donner le meilleur. Avec Médéric Lacour, nous avons toujours dit que nous avions 2 objectifs : faire un trio calédonien d’arbitres internationaux et former ceux qui vont prendre la relève en Super Ligue d’ici 4-5 ans. J’ai déjà repéré en fin d’année dernière deux jeunes arbitres de 14 ans que je vais suivre durant l’année.

Je pense aussi à un arbitre reconnu dans notre championnat – Marius Gaicoin – qui pour moi à largement le niveau pour arbitrer dans le Pacifique. Il faut que nous ayons des arbitres internationaux qui soient à la hauteur du football calédonien. Cela fait trois années consécutives qu’une équipe du caillou est en demi-finale de la Champions League océanienne, notre Sélection A senior fait partie des meilleures du Pacifique et notre sélection U-17 va participer à la Coupe du Monde en fin d’année. Nos joueurs avancent, il faut donc que l’arbitrage progresse aussi, et cette désignation le prouve.

 

Fedcalfoot : Tu étais devenu Arbitre FIFA il n’y a pas si longtemps. On peut dire que tu as eu une ascension fulgurante…

Bertrand Brial : Je suis devenu FIFA en 2014. Ma progression est due à beaucoup de facteurs.  J’ai fait onze déplacements en Océanie dont sept tournois. J’ai énormément appris en observant et travaillant avec les meilleurs : Norbert Hauata, Kader Zitouni, Paul Ahupu, Philippe Revel, Tevita Makasini, Mark Rule, etc. J’ai aussi beaucoup appris en officiant en Super Ligue. Notre championnat reste à mon avis un des plus relevé du pacifique, et un des plus dur à arbitrer car nos joueurs et entraîneurs parlent et contestent beaucoup, même s’ils le font de moins en moins, et le jeu reste assez rude.

Ensuite il y a beaucoup de travail derrière, et on s’est motivé avec Médéric – et depuis peu Marc – pour atteindre les objectifs fixés par l’OFC et la FIFA. Nos observateurs  – Kévin Stoltenkamp et Neil Poloso – ont été de bons conseils, et puis ici nos formateurs Gérard Banukone et Chanel Palaou nous ont toujours soutenu. Le soutien de ma femme a aussi été important dans tous ces efforts… Et puis il y a eu une part de chance, j’étais là au bon moment car Norbert Hauata avait besoin d’un assistant pour compléter son trio.

 

Fedcalfoot : Quel message tu aurais à adresser à tes collègues arbitres de Calédonie ?

Bertrand Brial : Je sais que cette désignation va m’apporter beaucoup de choses et j’espère que je pourrai ensuite les leur transmettre. Avec Marc et Médéric nous sommes 3 fois par semaine à Numa Daly, je les invite à nous rejoindre quand ils le peuvent. Je sais qu’il n’est pas facile de joindre cela à la vie de famille, le travail et l’entraînement, mais il est plus facile de s’entraîner à plusieurs que seul dans son coin.

C’est difficile d’être arbitre, car pour la plupart d’entre nous, nous ne sommes pas assez bons pour jouer dans une équipe de super ligue, mais nous aimons trop le foot pour n’être que spectateur. Il faut se rattacher à cet amour pour le ballon rond pour continuer à travailler. Le football calédonien progressera avec de meilleurs arbitres… Et les arbitres progresseront avec un meilleur football. C’est un cercle vicieux, il ne peut y avoir l’un sans l’autre.

 

PREPARATION

Pour sa préparation, Bertrand Brial va intensifier et multiplier les entraînements : du fractionné, du foncier, du renforcement musculaire et enfin beaucoup de repos… Le tout mêlé à un travail diététique, et bien évidemment un maximum de terrain pour corriger ses défauts et continuer de progresser. L’arbitre calédonien devrait aussi s’orienter vers un Kiné pour un suivi régulier, et assurer une meilleure récupération : ‘ Les arbitres de l’UEFA travaillent de cette façon pour être au top, autant s’en inspirer! ‘, explique l’intéressé.

AR Bertrand Brial in action. OFC Presidents Cup, Auckland City FC v Bodden Town FC, Trusts Arena Auckland, Friday 21st November 2014. Photo: Shane Wenzlick / www.phototek.nz

Related posts

Comment