FedCalFoot > A la une > Champions League OFC > MAGENTA CRAQUE A WELLINGTON – 1/2 finale retour, Champions League OFC

MAGENTA CRAQUE A WELLINGTON – 1/2 finale retour, Champions League OFC

PHOTO : OFC

Comme l’année passée et face au même adversaire Team Wellington, l’As Magenta a vu ses rêves de conquérir l’Océanie se briser lors de la demi-finale retour de la Ligue des Champions OFC (2-2 à l’aller, 1-7 au retour).

UNE EXPULSION QUI FAIT MAL.

L’exclusion en toute fin de première période de Jean-Brice Wadriako aura malheureusement été fatale à la formation d’Alain Moizan, qui s’est littéralement écroulée en seconde période.

Le score de 7 buts à 1 pour les kiwis semble malgré tout relativement sévère pour les nouméens, battus sèchement alors que l’ASM semblait bien dans le rythme en première mi-temps.

D’ailleurs jusqu’à la dernière minute du premier acte, les protégés d’Alain Moizan montraient de bonnes choses et gardaient espoir, Joérisse Cexome répondant à l’ouverture du score rapide – 7ème minute – signée Joël Stevens (1-1, 34′).

Rien n’était encore fait entre les deux équipes, jusqu’à ce double coup du sort qui anéantira les ‘Jaune’. Sur corner, Bill Robertson redonnait l’avantage aux siens, juste avant la mi-temps (2-1, 44′). Dans la foulée, Jean-Brice Wadriako écopait d’un second avertissement, laissant ses coéquipiers – bien malgré lui – à dix contre onze juste avant la pause.

MAGENTA S’EST ENSUITE EFFONDRE.

Terrible fin de première mi-temps donc pour la bande à Alain Moizan, qui ne s’en remettra jamais.

La deuxième période fut un véritable calvaire pour l’ASM. Quatre minutes après la reprise, Tom Jackson crucifiait Magenta (3-1, 49′). Il faut alors deux buts à l’ASM pour se qualifier, mais avec un joueur de moins sur le champ cela parait mission impossible.

D’autant qu’une déferlante allait s’abattre sur la cage de Steeve Ixoée après l’heure de jeu : Andy Bevin (64ème), Nicolas Zambrano (70ème), Joël Stevens (73ème), puis Joshua Margetts dans les arrêts de jeu, sans oublier une seconde exclusion côté ASM, celle de Pierrot Jelewed (83ème).

Bref, l’infériorité numérique durant la moitié du match aura fait plier Magenta, qui rate là l’occasion d’accéder à la deuxième finale océanienne de son histoire, après celle disputée en 2005 face au Fc Sydney (0-2).

Ce sera partie remise pour la formation des ‘Jaune’… La finale 2017 elle sera une nouvelle fois 100 pourcent néo-zélandaise, Auckland s’était logiquement qualifié face à Téfana (2-0 à l’aller comme au retour).

 

 

Related posts

Comment