FedCalFoot > A la une > News > ‘Profiter de ces instants en étant pleinement acteurs du jeu’ / INTERWIEW Dominique WACALIE – Mondial FIFA Inde 2017

‘Profiter de ces instants en étant pleinement acteurs du jeu’ / INTERWIEW Dominique WACALIE – Mondial FIFA Inde 2017

PHOTO FCF : Dominique WACALIE, ici aux côtés de Cameron WADENGES, défenseur central, un des cadres de l’équipe qui devrait faire partie du voyage en Inde.

 

Après avoir lancé la préparation pour le Mondial U17 – durant les dernières vacances scolaires d’avril – Dominique WACALIE fait le point sur son groupe et sur l’énorme échéance Coupe du Monde FIFA U17 en Inde (6-28 octobre), une compétition qui se jouera en octobre et durant laquelle le technicien originaire de Lifou guidera l’Equipe des 17 ans de la Calédonie, pour une première historique.

INTERWIEW FEDCALFOOT.

 

FECALFOOT : Dominique WACALIE, c’est – on le sait – une première historique que s’apprête à vivre le football calédonien en octobre prochain. Dans quel état d’esprit êtes-vous au niveau du groupe, depuis cette qualification et alors que vous vivrez en octobre prochain des moments ‘magiques’ ?

DOMINIQUE WACALIE : C’est tout d’abord un sentiment de fierté qui nous anime, et puis c’est surtout une chance de pouvoir participer à une coupe du monde FIFA, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Il faudra en profiter au maximum, profiter de cette chance qui s’offre à nous.

Mais rapidement il y a aussi eu une prise de conscience de tout le travail à effectuer, et de ce qui va nous attendre au Mondial. C’est ce que l’on veut – en premier lieu – transmettre aux joueurs sélectionnés… Qu’ils prennent conscience du niveau auquel on va devoir faire face, de la rigueur et de l’exigence que demande une Coupe du Monde. On va se préparer au mieux pour répondre à ses deux critères. On se doit d’être exigeant et rigoureux.

 

FEDCALFOOT : Comment pourrait-on définir le style de l’équipe calédonienne, qui sera confrontée à de ce qui se fait le mieux dans le Monde dans cette catégorie d’âge ?

D.W. : Nos joueurs ont des profils typiques océaniens, ils sont rapides, vifs, et techniquement ils ont du ballon… Ce sont de jeunes joueurs, avec beaucoup de valeurs culturelles. Ce qui nous manque : la concentration et la régularité sur l’ensemble d’une rencontre. Je le répète c’est vraiment ce qui fait défaut à notre football. Pour la Coupe du Monde U17 en Inde, il va falloir faire un énorme travail là-dessus.

Après c’est un groupe avec un très bon état d’esprit, qui est très solidaire, ce qui correspond finalement aux valeurs océaniennes. Il faudra par contre muscler notre jeu, et le traduire sous forme de discipline, car on sait pertinemment que le niveau là-bas sera très très relevé.

 

FEDCALFOOT : Le public en Inde doit et devrait se demander ce que représente le football en Calédonie ? Quelle réponse pourrait-on leur apporter ?

D.W. : Le football est le sport roi en Nouvelle-Calédonie. Tout le monde ici regarde le football, énormément le pratique. Après ici, nous sommes dans un football amateur, et les joueurs de l’élite seniors ne sont pas payés en Calédonie. Mais le foot est ancré dans le socle social calédonien, il joue un rôle de Société important car il est beaucoup pratiqué, en tribu par exemple. Et puis ce sport nous rassemble, nous permet de partager nos valeurs, il permet l’échange… Le football a vraiment une place importante ici sur le caillou.

 

FECALFOOT : C’est une compétition qui devrait forcément faire vibrer le Pays, déjà de part ce que représente une Coupe du Monde FIFA aux yeux des gens. Tu penses que la pression va elle aussi monter du côté des supporters cagous ?

D.W. : Petit à petit les gens vont prendre conscience de la participation de la Calédonie à ce premier Mondial FIFA. Pour nous calédoniens, c’est quelque chose de nouveau, puisqu’aucune équipe de chez nous n’a encore participé à une Coupe du Monde. On est plus à les regarder à la télévision, à les suivre à distance. Mais là on y est, donc c’est forcément un peu différent. On va en pleine découverte, nous l’équipe et le staff, mais aussi nos supporters. Progressivement, à l’approche de l’échéance, la pression va monter en Nouvelle-Calédonie.

 

FEDCALFOOT : Où s’en situe le groupe ?

D.W. : On a entamé la préparation tout récemment, avec un premier regroupement de deux semaines courant avril, au Centre Technique de la Fédération. Cela permet déjà d’établir nos bases de travail et de continuer à travailler l’esprit de groupe, de commencer à rentrer aussi dans notre plan de jeu.

 

FEDCALFOOT : Il y aussi la problématique de la distance, avec des joueurs calédoniens qui sont scolarisés et qui vivent au Nord, au Sud, ou aux Iles… C’est toujours une complication à laquelle le staff et la Fédération doivent faire face dans la programmation de la préparation ?

D.W. : C’est une vraie problématique ici, car les joueurs sont originaires de nos trois Provinces, ce qui représente des difficultés de déplacements importantes. D’autant qu’ils sont tous scolarisés. Nos regroupements se font donc durant les vacances scolaires. Deux stages fermés sont prévus à l’étranger, toujours pendant les vacances, le premier en Nouvelle-Zélande pour juin et le second en Australie pour août. On disputera neuf rencontres internationales au total, sans compter les matchs de préparation au niveau local, face à des équipes seniors.

 

FEDCALFOOT : Tahiti – qui recevait les Qualifications océaniennes en début d’année – avait décidé de faire jouer les U17  en Super Ligue tahitienne, pour les préparer au Tournoi… Sans succès d’ailleurs. C’est quelque chose que l’on pourrait voir ici aussi ?

D.W. : Ici on ne participera pas au championnat Super Ligue, comme ont pu le faire les U17 tahitiens. Pour l’instant, cela n’est pas mis en place dans le football calédonien. On va par contre organiser des rencontres de préparation face à des formations de l’élite, mais aussi avec des clubs de l’échelon inférieur (Promotion Honneur). Il s’agira surtout de trouver le rythme, et également de mettre les jeunes en situation de réussite, pour monter crescendo de niveau en se confrontant aux meilleures équipes du Pays. Cela reste dans une logique de progression, dans l’optique d’être prêt en octobre.

 

FEDCALFOOT : Est-ce que la participation à un Mondial FIFA demande de s’adapter dans les méthodes de travail à mettre en place ?

D.W. : Avec cette qualification, on est dans l’obligation d’aller bien plus dans les détails, avec un staff beaucoup plus conséquent et un travail adapté au haut-niveau… Je m’appuie sur les nouvelles méthodes de travail, comme la vidéo. Participer au Mondial nous oblige à donner le maximum dans la préparation, car le niveau de nos adversaires, ce sera le top du top des U17. On va quand même affronter les futurs Messi et Ronaldo, c’est énorme pour notre pays, et il faudra quoiqu’il arrive répondre présent… Sinon ce sera plus que très compliqué.

 

FEDCALFOOT : Que peut-on attendre de la Sélection U17 pour cette Coupe du Monde en Inde ?

D.W. : On partira en Inde avec nos propres ambitions, celles de représenter haut et fort notre Pays et notre football, dans le haut niveau mondial. Cela sera difficile, mais on ira là-bas avec la ferme intention de se mettre à niveau même dans la difficulté, de donner le maximum, de profiter de ces instants en étant pleinement acteurs du jeu, et certainement pas spectateurs… Après les joueurs pourront dire plus tard : j’y étais, j’ai joué contre un tel ou un tel, et il n’était pas passé une fois devant moi. Cela doit être notre état d’esprit, je l’ai déjà dit et je ne cesserai de le répéter à mes joueurs.

LE STAFF se constitue progressivement du côté de la SELECTION U17, dont Dominique WACALIE sera la Sélectionneur et Michel CLARQUE le Manager.

 

Related posts

Comment