FedCalFoot > NEWS > Fcf > Un beau tournoi et des enseignements / Coupe des Nations Féminines OFC

Un beau tournoi et des enseignements / Coupe des Nations Féminines OFC

Pour une première océanienne sous un tel format – avec huit équipes en lice sur quatre stades différents au total, dont des demies aux Iles Loyauté  – c’était un sacré challenge qui attendait le football féminin de l’Océanie pour ces Qualifications Coupe du Monde organisées en Nouvelle-Calédonie.

(Photos : Pacific Sports Conseil – FCF – Alain Vartane – OFC via Phototek)

Tout comme l’organisation d’ensemble (OFC-FCF), les footballeuses océaniennes auront répondu présentes durant cette quinzaine de football féminin, offrant de nombreux buts et du spectacle à un public calédonien curieux et désormais avide  de voir les footballeuses du caillou continuer leur progression. RETOUR sur cette COUPE des NATIONS Féminines OFC 2018.

TOUTES les PHOTOS de la compétition sont à retrouver sur la PAGE FACEBOOK de l’évènement : CLIQUEZ ICI

 

LA NOUVELLE-ZELANDE se BALADE.

43 buts marqués, 0 encaissé, pour seulement 32 petites minutes – sur l’ensemble de leur cinq matchs – durant lesquelles les néo-zélandaises n’auront pas mené au score, les Iles Cook étant l’adversaire qui aura tenu le plus longtemps face au rouleau compresseur néo-zélandais, à savoir 13 minutes avant l’ouverture du score.

Clairement ‘les Ferns’ – leur surnom – ont une nouvelle fois survolé les débats lors de ces Qualifications OFC, marchant sur leurs adversaires dans un système ultra-offensif, où la possession de balle aura largement atteint les 80% sur chaque rencontre. Le 4-3-3 mis en place par le coach Tom Serrmanni ne mettait d’ailleurs pas longtemps à se transformer en 2-5-3, les latérales évoluant pratiquement au niveau de la ligne d’attaque. Au final le bloc kiwi n’aura jamais été pris à défaut tout au long du tournoi. Bref, ce n’est pas une surprise que d’avoir vu les ‘néo’ se qualifier pour le prochain Mondial de la FIFA en France, mais ce qui aura le plus frappé les observateurs sera sûrement ce sentiment de sur-domination athlétique des filles néo-zélandaises, impressionnantes physiquement… Sans oublier la qualité technique de ces joueuses. En clair le public n’aura pu qu’apprécier.

DES BUTS A LA PELLE.

Si la force de frappe offensive des kiwies aura fait des ravages, les attaques auront dans l’ensemble largement pris le dessus sur les défenses au cours de ces 16 matchs d’Eliminatoires Coupe du Monde de l’Océanie.

Au total, 108 buts ont ainsi été marqués, soit une moyenne de 6,75 buts par match… Tout simplement énorme.

De ce chiffre devrait d’ailleurs une nouvelle fois s’orienter les prochains grands travaux des Responsables Techniques océaniens… Car si au niveau des supporters on a pu se régaler avec des buts empilés sur toutes les journées de compétition – que ce soit à Koné, Nouméa, Lifou ou encore Maré – il n’en demeure pas moins que l’analyse prend aussi un caractère plus inquiétant si l’on s’en tient à l’aspect défensif proprement dit, un secteur de jeu sur lequel les chantiers s’annoncent capitaux dans la progression de nos équipes féminines océaniennes.

Hormis la Nouvelle-Zélande – qui elle n’a encaissé aucun but – les autres formations ont beaucoup souffert défensivement, et la Calédonie ne sera pas épargnée par ce constat encaissant 8 buts en phase de poule puis 15 de plus entre la demie et la petite finale, soit 23 au total pour 4,6 buts encaissés de moyenne. Là encore les techniciens sauront où il faudra insister dans les semaines à venir afin de préparer au mieux les prochains Jeux du Pacifique 2019.

LE PUBLIC des ILES et du NORD : une SATISFACTION. 

Si à Nouméa ce n’était pas la foule des grands jours durant la phase de groupe, puis lors des finales – durant lesquelles on espérait un peu plus de monde dans les gradins samedi dernier, malgré une affluence correcte – aux Iles Loyauté et au Nord l’affluence était bien au rendez-vous.

Au Stade Yoshida de Koné, au Stade Hnassé de Lifou, ou encore au Stade de la Roche à Maré, les spectateurs et spectatrices seront venus en nombre encourager leurs joueuses internationales, avec notamment sur la demi-finale à Lifou (entre la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie) pratiquement 1000 entrées comptabilisées par la FCF.

A Koné aussi les trois journées de groupe ont attiré du beau monde, avec plus de 700 entrées recensées notamment le samedi 24 novembre lors de la 3ème journée de la poule B, qui voyait la Calédonie s’imposée face aux Samoa 2 à 0 pour s’offrir une place dans le dernier carré.

L’organisation a quant à elle réussi son pari, celui d’amener la compétition aux Iles, au Nord et au Sud… Là où la complexité logistique résidait surtout à assurer un bon accueil du public sur les quatre sites concernés, tout en mettant en place l’ensemble des transports-logements des officiels et des équipes sur les trois Provinces.

LA PAROLE AUX FEMMES.

Au-delà du sportif et de l’organisationnel, l’autre grande réussite de ces Qualifications océaniennes à la Coupe du Monde tient également dans le fait d’avoir pu – sur quinze jours – relayer au maximum la ‘parole des Femmes’ à travers nos footballeuses de l’Océanie, mêlant à cela de nombreux messages à caractère social tout au long du Tournoi.

Le mouvement #ENDVIOLENCE lié à celui HIBISCUS ORANGE – mis en place par le Gouvernement NC et soutenu lors de la compétition – ainsi que le programme JUST PLAY OFC – qui aura vu notamment les équipes de Tahiti et de la Calédonie se rendre au coeur des Ecoles primaires de Koné – resteront forcément des actions marquantes de ce bel évènement du sport océanien.

Le football et le sport en général sont là aussi pour ça.

LA PHRASE du COACH – et CELLE du PRESIDENT de la FCF

‘ Je suis très heureux et satisfait de la façon dont mes joueuses ont fait le travail tout au long du tournoi ‘ – Tom SERRMANNI, Sélectionneur de la Nouvelle-Zélande

On souhaite désormais bonne chance aux ‘kiwies’ afin de représenter haut et fort les couleurs de l’Océanie lors de la prochaine Coupe du Monde Féminines de la FIFA, l’année prochaine en France (7 juin – 7 juillet 2019).

LES PRIX OFC

  • Meilleure joueuse : Betty HASSET (NZL)
  • Meilleure gardienne : Adi TUWAI (FIJ)
  • Meilleures buteuses : Meagen GUNEMBA (PNG) et Sarah GREGORIUS (NZL) / 8 buts
  • Prix du Fair-play : Equipe de la Nouvelle-Zélande

” Un GRAND MERCI à tous nos BENEVOLES pour leur AIDE, leur SOUTIEN, leur INVESTISSEMENT durant cette quinzaine… Des bénévoles sans lesquels cet événement n’aurait pu être une telle réussite ! ” – STEEVE LAIGLE, Président de la FCF

Related posts

Comment